Archives pour la catégorie Programme

L’éducation

Un programme cohérent pour l’éducation française doit distinguer quatre étapes. D’abord le primaire, le collège, le lycée, puis les études supérieures. La dernière doit être subdivisée en de nombreuses sections. C’est ce chemin que nous suivrons ici. D’abord nous présentons les grandes lignes de notre programme, les objectifs visés. Ensuite nous détaillerons chacune de ces étapes. Il est crucial d’accorder la plus grande importance à cet aspect de la société, car la base de toute société épanouie et vivante est l’éducation. Attention à ne pas confondre l’éducation au sens de l’apprentissage des connaissances dans des écoles et autres établissements destinés , et l’éducation que les parents doivent apporter à leurs enfants pour leur indiquer le droit chemin dans une société munie de règles. Ici on aura l’occasion néanmoins de dresser une passerelle entre ces  deux notions différentes. La raison est tout simplement que pour une éducation au sens scolaire du terme soit efficace, il faut que l’éducation par les enfants chez eux soit digne du travail effectué par les personnels enseignants. On ne peut pas concevoir qu’un enfant qui fait l loi chez lui puisse se laisser dominer intellectuellement parlant par un maitre d’école, il faut que les parents, et les personnelles enseignants fassent preuves de sévérité quand cela est nécessaire et de laisser-aller quand cela est permis par le comportement de l’élève.

(suite…)

Adoption: le parcours du combattant!

Voilà un sujet trop peu évoqué par nos chers politiques, qu’ils soient UMP, socialistes, utopistes, verts, …. Et pourtant le problème est bel et bien présent! Mettez vous à la place un seul instant d’un de ces nombreux couples qui veulent adopter un (ou des) enfant(s). La première solution pour de nombreux couples, et la plus logique du point de vue national, est d’essayer d’adopter un enfant français. L’enfant sera plus vite acclimaté à son environnement, il aura plus de repères. Mais j’ai bien dis « essayer » car les démarches à suivre sont délirantes en longueur et paperasserie. En somme adopter un français cela consiste en dépenser une forte somme d’argent (mais paradoxalement, adopter un étranger peut coûter plus cher dans certain cas), attendre un temps très variable, souvent très long, avec aussi la possibilité que ça n’aboutisse pas. Tout est fait pour décourager les parents d’adopter en France. Tout est fait pour les encourager à aller adopter dans des pays où il n’existe aucun état civil, aucune hygiène, aucune sécurité. certains parents doivent aller chercher leurs enfants dans ces pays, dépourvus de toute sécurité, risquant à tout moment un dramatique accident, et tout cela pour quoi? Car notre chère administration, celle que le monde entier ne nous envie pas, bloque tout! Le MRF demande au gouvernement d’enclencher une vraie politique de l’adoption, pour qu’enfin on puisse adopter des petits français orphelins. Il n’est pas nécessaire de risquer sa vie pour aller chercher un enfant dont on ne sait rien à l’autre bout de la planète, alors que les orphelinats français saturent! C’est une honte! Comment veut-on qu’une nation se retrouve si on laisse dépérir des jeunes enfants dans nos orphelinats en même temps que l’on va en chercher certains qui ne s’acclimateront jamais à la France?

Transports

Ceci est un long dossier et sera traité en plusieurs parties. Pour commencer nous donnons les grandes idées,
puis nous détaillerons les transports parisiens, le parc automobile, les tramways, etc.
Globalement le MRF se prononce en faveur de la suppression autant que faire se peu des 4*4 dans les grandes villes, le développement du réseau ferré, notamment pour les petites villes, la gratuité du métro et du RER dans les grandes villes (comment expliquer que cela coûte plus cher à l’état que si tout était gratuit?), la diminution du fluvial à vue financière afin de préserver nos océans et nos mers,et bien entendu le développement rapide d’alternatives écologiques au pétrole. Nous pensons également que les pistes cyclables doivent
être développées et des bonus accordés aux salariés qui optent pour du co-voiturage, système réglé par les entreprises elles mêmes.

La Recherche: l’objectif premier

Au  21ème siècle, alors que l’homme sait cloner (nous aurons l’occasion de débattre à ce sujet),
qu’il sait aller dans l’espace de manière régulière, qu’il ambitionne d’aller sur Mars,
que la médecine fait de jour en jour des progrès  et que nous avons face à nous deux problèmes qui
ne pourront se traiter que par l’élaboration de technologies
nouvelles (le réchauffement climatique et le problème de l’énergie), la recherche scientifique doit
être LA priorité de tout gouvernement.
Le gouvernement actuel a déjà montré une certaine détermination dans l’élaboration d’un plan
audacieux pour la restructuration de nos Universités, mais c’est bien peu
comparé à ce qui est nécessaire. Le MRF juge que des domaines comme l’agriculture, la pèche, qui
jadis furent une priorité première, devraient aujourd’hui progressivement laisser place à la
recherche.
Évidemment on doit grader un plancher en terme de budget pour toute activité mais il faut
accompagner l’évolution de l’homme par une évolution des répartitions budgétaires.
Concrètement, le MRF propose:

  • Le doublement du budget alloué à la recherche. L’argent étant pris notamment sur les   allocations sociales versées à un trop grand nombre de personnes dans notre pays.
  • L’introduction d’une sélection à l’entrée de l’Université, afin que nos laboratoires regorgent de cerveaux brillants qui auront pu bénéficier de l’attention  la plus grande de la part des enseignants. Car laisser un trop grand nombre d’étudiants entrer en DEUG, c’est diminuer l’attention réservée à chacun. Il faut bien entendu  augmenter le nombre d’étudiants, mais pas pour qu’ils s’arrètent en licence!
  • Un chercheur « classique » en France ne commence à travailler qu’après Bac+5, ce sont donc de nombreuses années d’études qui continuent au moins jusqu’à Bac+ 8 avec la thèse voir plus en cas de Post Doctorat. Dans tous les cas, ce sont de nombreuses et pénibles années d’études et de travail rémunérées pour la plupart à hauteur de 1200 euros par mois  en moyenne! Si ce n’est pas honteux, le MRF ne voit pas ce que c’est! En conséquence le MRF propose deux choses. La première est une augmentation des salaires due au nombre d’années d’études précédant le premier contrat de salarié. D’ailleurs ceci est valide pour tous ceux qui doivent faire des études longues avant de travailler. Le principe suggéré est le suivant.  A partir de la Licence comprise, et jusqu’à la fin de la thèse comprise (Post doctorats non pris en compte), chaque année d’atude (soit six en France) devrait compter pour 150 euros de salaire mensuel, en plus du salaire misérable actuellement versé.              Prenons un exemple. un chercheur touchant 1200 euros mensuels toucherait 1200+6*150=2100 euros par mois. Étant donné que la recherche s’effectue dans les grandes villes qui sont coûteuses en frais de logement, nourriture, habillement, …, ce n’est pas un salaire très élevé.
  • Afin d’attirer les chercheurs étrangers et les plus brillants étudiants étranger, le MRF propose de créer en plus du partenariat ERASMUS, un partenariat  avec le Royaume-Uni ainsi que les USA, la Russie, le Japon et la Chine. De plus, chaque étudiant français devrait être inciter à rester en France pour travailler, pour cela il faut en plus de l’augmentation de salaire envisager des primes de résultats, ce qui serait logique. Par exemple, un article publié par un chercheur est jugé fondamental ou primordial lorsqu’il est cité  à de nombreuses reprises par ses pairs.  Le MRF propose que chaque citation soit récompensée à hauteur de 5 euros de « bonus » pour le mois où l’article a été cité. Dés qu’un article dépasse la barre des 300 citations, une prime de 100 euros en plus, chaque mois, devrait être instaurée. l ne faut cependant pas tomber dans l’eccés des primes aux résultats car le monde de la recherche est compliqué et de très bons chercheurs peuvent voir leurs articles insuffisamment considérés de la part de leurs pairs, et il ne faut pas décourager ces chercheurs. Le MRF est conscient que toutes ces mesures demandent un investissement financier important etconsidère comme indispensable, cruciale, fondamentale, la mesure d’autonomie des Universités défendue avec courage  par Valérie Pécresse.En effet les grandes entreprises profitent directement des innovations technologiques, il est donc naturel qu’elles donnent une contrepartie à leurs futurs « employés » et remercient l’état pour safaculté à former d’aussi brillants chercheurs/ingénieurs. Le MRF juge moins importante une réforme sur les statuts des ingénieurs car ceux-ci sont en général bien mieux rémunérés. Le MRf juge que le salaire de base devrait dans certains cas être diminué, mais la prime de résultats, et la prise en compte des années d’études maintenues.

Le logement

Inutile de dire à quel point ce dossier est compliqué. Car entre le manque de logements pour les étudiants, pour ceux aux revenus modestes, les propriétaires sans scrupules qui louent des taudis à prix d’or aux plus démunis et les logements « squattés » par des perosnnes à qui on donne tellement d’aides sociales qu’elles n’ont plus besoin de travailler, c’est difficile de se loger aujourd’hui dans les grandes villes.
Pourtant il y a des solutions simples.

  • Arrêter l’octroi systématique d’allocations en tous genres aux personnes issues de l’immigration qui font que ces dernières vivent en continu au crochet de l’état sans jamais rien rapporter en contrepartie. Le  MRF est favorable à une immigration contrôlée et choisie afin notamment d’offrir plus facilement des logementsaux gens qui  ne veulent qu’une chose: travailler.
  • Augmenter le nombre de logements universitaires pour que de plus en plus de jeunes gens puissent étudier et faire progresser notre pays.- Condamner sévèrement les propriétaires qui louent des locaux en dessous d’un certain seuil de propreté et  sécuritéet ce à n’importe quel loyer. Car la sécurité n’a pas de prix.
  • Concernant les logements sociaux dont la gauche nous rabat les oreilles chaque fois qu’elle en a l’occasion, le MRF juge plus intelligentd’entretenir et rénover de nombreuses habitations aujourd’hui à l’abandon. Et notamment en campagne, il y en a énormément! Certains villages ont plus de maisons « fantômes » que de maisons habitées en permanence.De plus un logement social n’est pas une maison, et comme le Président de la République le MRF est en faveur d’une France de propriétaires, et pas une France qui vit dans un appartement.

Ce ne sont que des mesures de bon sens et en aucun cas discriminatoires, fachistes, ou pire, comme le prétendent certains.

(suite…)

Le droit de grèves

Il faut revenir en profondeur sur ce droit  » social  » qui paralyse tout un pays !
Depuis les cheminots en Novembre et les étudiants lors du CPE, les français sont prêts
à faire des concessions. Il faut laisser le droit de grève mais le restreindre.

  • Il faut prendre des mesures adéquates en sanctionnant très sévèrement (financièrement) les grévistes au-delà de deux jours de grèves consécutifs. Non seulement ne pas leur payer leur salaire desnon travaillés (ce qui est déjà le cas) mais en plus leur retirer de leur feuille de paie autant de jours travaillés pendant le mois concerné qu’ils ont dépassé ce seuil de deux jours consécutifsde grèves. Par exemple, une personne ne travaillant pas pendant cinq jours d’affilés se verra retirée trois jours travaillés sur sa feuille de paie. Au-delà d’une semaine (comme cela s’estproduit avec les cheminots en novembre) le licenciement devrait être autorisé.
  • Il faut retirer aux lycéens le droit de grève. On doit le maintenir pour les étudiants car eux sont en liens directs avec le monde du travail. Quand aux collégiens on en parle pas.
  • Mais qui envoie les élèves dans la rue ? Certains professeurs syndiqués à gauche! Ceux-là ne doivent pas s’en tirer sans sanctions ! Des blâmes et des retenues sur salaires devraient êtreenvisageables.
  • Les militaires devraient avoir le droit de faire grève et de manifester, car ils sont plus à plaindre que des cheminots !
  • Le MRF critique également la volonté de Nicolas Sarkozy de vouloir aider les syndicats dans leur financement. Il n’y a aucune raison de donner suite à ces discussions.

Energie

Le MRF articule son programme énergétique dans une perspective d’avenir, de progrès, et d’innovation. Les grandes lignes sont:

- La mobilisation d’un important crédit de recherche sur la fusion, source énergétique du futur, dont les premiers développements « en grandeur nature » vont se faire à Cadarache en France avec le projet ITER.

- Le MRF approuve le projet d’EPR et demande que l’état prenne ses responsabilités en la matière sans céder aux pressions des écologistes.

- A côté de ces technologies de pointes, le MRF ne se prononce pas pour le recours aux éoliennes, ou alors en quantité limitée et dans des parcs dédiés à cet effet. Leur nuisances sonores, les perturbations locales des courants d’air ajoutant à la complexité des prévisions météo, leur coût en énergie (car toute éolienne doit être reliée à une centrale nucléaire), font que le MRF juge cette technologie peu intéressante.

- Par contre, le MRF demande une généralisation de l’énergie solaire aux maisons isolées en campagne, mais aussi aux pavillons et logements sociaux, bourgs, se construisant dans les petites communes. Chaque habitation qui ferait le choix du solaire devrait être subventionnée par l’état à hauteur d’une diminution de 50% de la taxe d’habitation et ce pour tout le temps où la source d’énergie principale de l’habitation est d’origine solaire (ou toute autre énergie renouvelable).

- Le MRF demande la généralisation des voitures électriques, déjà très utilisées au Japon. Économisons enfin le pétrole!

- Pour toutes les habitations jugées difficiles d’accés par les communes, l’achat et l’entretien d’un groupe électrogène devrait être obligatoire, afin de subvenir à d’éventuelles contraintes telles une forte chute de neige ou un coup de vent violent. Cela permettra à ces personnes de vivre cette situation délicate plus sereinement.

L’Education

On aura l’occasion de détailler tout ça cycle par cycle, dans les grandes lignes nos idées sont basées sur:

  • Le respect du professeur,
  • Le retour au port de l’uniforme à l’image du Royaume-Uni ou du Japon,
  • Arréter de sans cesse réduire les programmes pour au final ne plus avoir de brillants cerveaux des années plus tard.

Cela doit s’accompagner avec une suppression de certaines matières de « découvertes » qui n’apportent rien à la majorité des étudiants:

  • Les sorties JMJ en primaire,
  • La technologie la musique et le dessin au collège (y réserver à des élèves volontaires et en augmenter le rythme pour ceux là)…
  • Diminuer le nombre d’élèves ne sachant pas lire et écrire en sixième et ceux ne possédant pas les bases nécessaires pour réussir au Lyçée. Ne pas les orienter pour autant dans des filières professionnelles qui sont malheureusement à sens unique. Il faut également redéfinir ces structures pour que les métiers dis « manuels » soient mis en avant (par exemple créer une cotutelle entre un établisement professionnel et un autre plus classique).
  • Refonte totale du brevet des collèges qui ne sert plus à rien.
  • Refonte également du bac, même si là il y a moins à faire.
  • Fortement restreindre certaines filières post bac.
  • Et bien d’autres mesures….

Municipales Trévoux 2008 |
la marianeland |
Rognacpourtous |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Municipales à Périgueux ? E...
| Michel TAMISIER - SAINT-YRI...
| ENSEMBLE POUR SAINT-BONNET-...